Stratégies antibactériennes et autisme

Accueil  /  Actualités  /  Page en cours

Depuis 2010, un réseau de médecins (Chronimed) qui réalisent le suivi médical d’un millier d’enfants et adolescents autistes a constaté qu’environ quatre sur cinq souffrent d’infections bactériennes intracellulaires (chlamydia, borrelia, mycoplasme). Contrairement aux bactéries classiques, ces nano-bactéries se situent à l’intérieur de la cellule, où elles sont difficilement détectables. En traitant ces infections, les médecins indiquent par ailleurs observer une amélioration des symptômes d’autisme, en particulier pour les enfants de moins de sept ans.

Ces observations de praticiens, relevées sans la rigueur nécessaire à une étude scientifique, pointent néanmoins vers la possibilité qu’une infection par des nano-bactéries, à travers l’émission de toxines dans le sang, aggrave les symptômes d’autisme. Des pistes de compréhension nouvelles des mécanismes en jeu s’ouvriraient alors, ainsi à terme que des stratégies thérapeutiques antibactériennes pour les personnes autistes infectées, diminuant leurs symptômes et facilitant leurs apprentissages.

La Fondation Autisme collabore donc avec les équipes du Pr Marion Leboyer (INSERM – CHU Créteil) en vue d’une étude franco-australienne de grande envergure dont le but sera de déterminer dans le cadre de la recherche scientifique si ce qui semble émerger de la pratique médicale de ce groupe de médecins se confirme, et si l’on peut effectivement constater une baisse des symptôme d’autisme lors du traitement antibactérien de personnes autistes infectées par des bactéries intracellulaires.

Je donne:

Don recherche


Mots-clés: , ,



Nos Partenaires